Didier Morel - Journal de bord d'un confiné (extrait) suivi de quelques images

Exposition collective virtuelle mais néanmoins bien réelle en temps de confinement



Journal de bord d'un confiné



16/03/2020

  Les cons finis sont confinés, mais les autres également. Le connard au virus court toujours, la connerie aussi. Avis gouvernemental : « Ne paniquez pas maintenant. Gardez vos distances d'au moins un mètre et observez les gestes de garde-barrière. Lavez-vous les mains avec une solution nitro-alcoolique à 7 %. Le port du masque FSB 2 est inutile sauf pour les contaminés graves et le personnel médical ».
  L'armée se redéploie. Les médecins militaires laissent de côté les cas internes de syphilis. La chtouille, n'est pas prioritaire !
  Au sujet des péripatéticiennes. Peuvent-elles bénéficier de l'aide financière gouvernementale pour la perte dans leur petit commerce de proximité qui pour certains, est de première nécessité. Et qu'en est-il des vendeurs de drogue qui ne rapportent plus de fraîche au caïd du quartier.
Encore une question à 1000 balles aux américains : la vente d'armes peut-elle être considérée comme un commerce essentiel ?
  Le temps est long... Vous pouvez ressortir votre cahier de vacances 2019. Exercice du jour : conjuguez à l'imparfait du subjonctif le verbe se confiner.

Il eût phallus que je me confin.... plus tôt.

(à suivre)

Thomas Lamaison


#



Quelques images du même auteur

Suite vestimentaire




(En temps de confinement)









































































Commentaires