Galerie La Petite Renarde Rusée

vendredi 24 décembre 2010

David Van Robays, L'Arrière train du popotin du babouin est un don du ciel, (parution) Extraits


Bonobo mon amour



     S’agissant des aléas de nos élans, les allégories scabreuses éructées lors de repas trop arrosés n’ont de sens et de substance que pour mieux exorciser notre peur face à leur raison d’être. A l’appui de ces démonstrations cathartiques il convient d’adopter une attitude quasi simiesque afin de prévenir toute velléité d’inhibition : plus le syllogisme sonnera faux, plus notre érotique s’émancipera. Néanmoins, il ne suffit pas de chanter nos atavismes entre poire et fromage pour paraître plus humain que nature, encore faut-il avoir une politique de conversion rigoureuse. Chaque geste doit être enlevé, chaque vagissement amplifié. La philanthropie – qui constitue une prérogative de puissance publique répondant à un but d’intérêt général pouvant entrer en conflit avec le droit de propriété – exige une libido signifiante, tellurique. Il est de notre devoir de résister avec frénésie à l’omnipotence de la civilité qui, d’une main de fer, génère invariablement pollutions nocturnes et lamentations crépusculaires.
Faire le singe et se réveiller homme. Partir à la conquête du dernier territoire vierge d’échafauds et de pendaisons, l’éden de l’animalité retrouvée…


~
 

Dirt


    Le quantitatif n’est que la forme la plus dégénérée – et la plus répandue – du qualitatif. La mouche a parfaitement assimilé cet adage productiviste. Aussi, ce qu’elle ne possède pas en propre, elle le disperse en vrac. En effet, chez la drosophile comme chez les libéraux l’appétit ne vient pas en mangeant mais en déféquant. C’est un transit assez étrange, certes, qui permet malgré tout de saliver à rebours et d’éviter ainsi une longue et coûteuse cure psychanalytique. Bref, surfant sur la vague de libéralisation effrénée des devises et des marchandises qui submerge nos économies depuis une dizaine d’années – la frontière entre ces deux groupes d’entités est de plus en plus floue depuis que nous savons que la tomate est à la fois onde et corpuscule, sauce et coulis –, elle capitalise à l’insu de ses bailleurs les intérêts générés par les œufs pondus à crédit dans les bourses amies. C’est une spéculation néonatale, larvée, redoutablement efficace. L’asticot n’est pas encore mouche qu’il dévore déjà le berceau de ses amours. Il se nourrit de l’hypothétique plus-value de son devenir…



~


Le génome du macaque rhésus est séquencé



     En l’espèce, la vieille querelle idéologique opposant les chantres du savoir-être aux apôtres du savoir-vivre n’est que le corollaire de la confusion organique originelle qui, depuis la nuit des temps, passe ses nuits et son temps à semer la pagaille dans l’esprit borné et rétréci de l’homo sapiens. Et malgré l’épaisse bouillie verbeuse dans laquelle il s’enfonce chaque jour davantage, l’homme moderne s’obstine à vouloir tracer une frontière nette et imperméable entre l’inné et l’acquis en dépit du fait que, sémantiquement, ces concepts apparaissent comme étant les deux faces interchangeables d’une seule et même médaille. Du reste, nous savons aujourd’hui que l’homme-grenouille est à la fois homme et substantif, au même titre que la femme-enfant ou le bébé-éprouvette. Malheureusement, Adam ne l’entend pas ainsi. Intrépide et maniaque comme le bègue à la recherche du mot juste, il parade – sûr de lui ! – au bras d’une chimère dans les méandres du Verbe et de la Raison, oubliant que son corps est un tamis, une combinaison aléatoire d’affects irréductibles possédant un dénominateur commun, la vie, le passage de la vie.


~


3 extraits du recueil L'Arrière train du popotin du babouin est un don du ciel, David Van Robays, Ed. Le Rewidiage, 2009
Ce recueil est un supplément à la revue Comme un terrier dans l'Igloo dans la Dune n° 94


Prix de vente : 10 € (port compris)
Pour toute commande s'adresser à :
guy.ferdinande@neuf.fr



 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire