Annie Wallois, Sous le non-lieu du ciel - Poèmes

 


 

 Extraits

 

                        Il n'y a pas d'âge pour naître

                        La nuit efface l'ardoise du temps

 

                        Sur la relance du matin

                        Nous franchissons le gué

                        Les joues sillonnées de sentiers

                        Les yeux cernés d'automne

 

                        A l'aplomb des mots – nos précieuses vertèbres

 

 

*

 

 

            La locomotive noire n'était plus que fumées

            Des traces de cambouis luisaient sur les traverses de la voie ferrée 

 

            Et toi

            Funambule sur l'acier chauffé de la ligne

            Tu parvenais sans toucher le ballast

            Jusqu'à l'assise plus large où convergeaient les rails

 

            Loin devant

            Dans l'éclair d'un regard tu brûlais la distance

            Vers ce point       à l'horizon de ton désir

            Où enfin les tracés parallèles des rails se confondaient

 

            Tout l'inconnu patientait là-bas

 

 

*

 

 

            Au ciel du jour

            Un croissant de lune et une étoile sur fond rose

            Déploient le drapeau planétaire

 

            Un arbre à gros traits se dessine

            Noir dans l'air bleu de brume au lever

            Une empreinte laissée par la nuit à son retrait

 

            Et la lumière rabroue les ténèbres

            Dilate le poumon

            Sépare les branches de l'arbre

 

            Un arbre pareil à tous

            Perdant jusqu'à leur nom l'hiver

 

 


*

 

 

                   La brise émeut les pins     soulage le feu

                        Douze heures sonnent au village

                        Les chiens hurlent     que savent- ils ?

 

                        Le feuillage nacré de l'olivier éclate

                        La pierre affronte la brûlure     treize heures     

                                                Une seule semonce

                        C'est l'heure hagarde    plongée dans la durée sans contours

 

                        L'horloge grille le temps       trame le vivant

                        Le sang contenu cherche la sortie

                        Dans la lumière que l'on aspire

                        Entre les branches du tilleul



*


Format A6, 48 Pages

Pour toute commande :

Editions HENRY 

8,00 €

https://www.editionshenry.com/index.php?id_article=560&PHPSESSID=2c2df6a682884fc7bfda30367480c2e6





Commentaires