Galerie La Petite Renarde Rusée

lundi 1 octobre 2012

Mo Brathwaite, Familiarity & Mortal Coil, (suivi de traduction)

For a long time, she walked from room to room. Stunning images of the lives of the Kanuris, Shewa and Fulani people - their women, their beauty and dignity were a privilege to see. It wasn't as though she wanted to escape from them, but she was still obviously looking for something....

Finally, she entered this room with its white-washed walls, which disappeared into their own distance as though there were no corners; only because the frame of the door was painted black did she sense some perimeter. Lengths of strings stretched across the space like hammocks, from wall to wall; diagonally and from an apex that seemed like it went up forever. This metaphoric spider's web of silvery thread had caught her eye. Despite the lengths of strings, she felt as though she was in heaven.

Shimmering, hung hundreds of vignettes of black and white and sepia images; depicting moments of love, hate, war and peace and with the light on them, they looked like leaves on a tree. Moving to the left side of the room, her senses were alerted to one very small image. It read: 'La Belle Époque: Un Moment de Paix'.

One of the vignettes, a smaller one than the rest, almost the size of a stamp, caught the woman's eye and she had to stand right up to it, to see what the image was. She put her face right up close to it to inspect the details. She saw a tribalesque woman with the most amazing hair. It was a snow-white mohican, which rose up like a crown from her head. She was completely naked apart from a loin cloth that slung around her strong hips. She was holding what looked like a spear in her left hand. What was striking about this woman was that she had two huge wings on her back. And those beautiful wings moved ever so gently like they were her guardian angels peering over her shoulders.

This woman looked familiar - too familiar.

She thought she heard a noise and turned around. There she was, the tribalesque woman from the picture, standing in the door way. Her body was shimmering from the effects of the pictures which hung and swayed; moving like a watery orchestra, and her wings were in time with the ripples of light.

Her mohican was like that of an exotic bird, and it was truly glorious on her beautifully formed head. Her eyes were speaking to the visitor by telepathy and the visitor became disorientated. The visitor could only sense an immense sadness emanating from the tribalesque woman's eyes. The two of them stood in front of each other very still. 

All of a sudden, the woman from the picture opened her mouth and the observer couldn't move a muscle. The mohicaned woman was placing her spear between them. It was almost symbolic. She let go of the spear. The observer watched this archaic weapon tumble into oblivion. What was she standing on? The room still looked the same, there were walls all around - or, so her conscious mind believed, but, there was no floor beneath them anymore as far as she could tell and the abyss of whiteness carried on, for what seemed bottomless and forever. As soon as the spear disappeared beneath her feet the woman looked up and the mohicaned tribalesque female had disappeared. She turned her head and there was no-one else around but the pictures, in the white room, with its black framed door.

She looked at the picture again and to her astonishment the beautiful creature she'd just seen was no longer there either. Was she imagining her experience? She felt like she had a heavy stone in her chest and her heart was beating very fast. The woman started to weep. Something was happening to her.

She fell to her knees and still there was no ground beneath me. She stared at vastness beneath her wondering if she was floating in space; wanting to know what was down there. She gazed around to see that the strings and all the pictures seemed to be getting smaller. The black framed door was shutting by itself.  

A giant shadow was casting a shape around her and everything started to go grey. The lights were literally going out.

She started to feel cold, as though the sun had vanished behind a cloud.

She started to lose her balance from her praying position and as she fell forwards she out-stretched her arms to break the fall, but they just lead her through the bottomless floor. Unknowing what was going to happen to her next, she closed her eyes and let herself fall.  

In her head, she could hear the voice of a woman singing.

"Stars from heaven, fall through rainbows, like cherry petals, falling down around me,
And the Angels who tread in darkness fly forever, a little higher than before.
Like the water; so the rain; like the fire; so the flame; my ancestors, free once again."

Suddenly, she felt a tap on her shoulder. 

"Hey! Come on! We've got to go now!"

She jumped and turned around. "I've just had this strange experience. I was being carried by angels. "

"Come on! Tell me about it on the way to the studio."

Her friend quipped about an earlier conversation that they'd had on an old religious saying that went, 'Fools rush in where angels fear to tread.' It did make them raise an eyebrow; how in the past men of the cloth - the priesthood - decided what people and most firmly, women should do, say and be, from birth.    

She and her friend, they'd been researching the validity of angels, deities and priestesses, for a book they had entitled, 'Les Belles Epoques': with details of stories as seen through the eyes of different pre-christian cultures and had decided to pass by their local museum and gallery to look at some of history’s theological revelations and their artifacts. 

When they arrived at the gallery, she noticed something unusual. It looked like a medieval illustration on a post card. It appeared to depict an old naïve ‘langue verte’. On it were beautifully hand drawn images of angels crying. Their heads had been coarsely shaven and their wings were clipped and they were hanging from a line by what looked like pegs...


Traduction, par Julien Ferdinande :





           Longtemps elle alla de salle en salle. Des images magnifiques de l’existence des Kanouris, des Choas et des Peuls – c’était pour elle un privilège de voir ces femmes, leurs beautés et leur dignité. Pourtant, et ce n’était pas comme si elle essayait de leur échapper, elle cherchait encore quelque chose d’autre…


Finalement, elle pénétra dans cette pièce aux murs blanchis à la chaux qui disparaissaient dans leur propre lointain, comme s’il n’y avait pas de coins ; et seulement le cadre de la porte peint en noir lui donna un sens du périmètre. De longs fils tendus à travers l’espace tels des hamacs, de mur en mur, en diagonale et d’un sommet qui semblait ne jamais cesser de s’élever . Cette toile d’araignée métaphorique de fils argentés l’avait attirée. En dépit des longs fils, elle croyait marcher au paradis.

Des centaines de vignettes d’images en noir et blanc et en sépia miroitaient aux murs ; représentant des moments d’amour, de haine, de guerre et de paix, et la lumière glissant dessus, elles avaient l’air de feuilles sur un arbre. Alors qu’elle se déplaçait vers le côté gauche de la pièce, une toute petite image aviva ses sens. On pouvait lire : ‘La Belle Époque : Un Moment de Paix’.

Une des vignettes, plus petite que les autres, presque de la taille d’un timbre, attira son attention et elle dut se tenir juste devant, pour voir ce que l’image représentait. Elle mit son nez dessus pour inspecter les détails. Elle découvrit une femme tribale à la coiffure étonnante. Une crête iroquoise blanche comme neige qui s’élevait comme une couronne de sa tête. Elle aurait été entièrement nue n’était ce pagne qui entourait ses fortes hanches. Dans sa main gauche elle tenait ce qui semblait être une lance. Le plus surprenant chez cette femme est qu’elle avait deux ailes dans son dos. Deux ailes magnifiques qui battaient si gentiment, tels des anges gardiens sur ses épaules.

Elle semblait connaître cette femme – trop bien même.

Elle crut entendre un bruit et se retourna : la femme tribale de l’image était là, elle se tenait dans l’embrasure de la porte. Son corps reflétait les effets des images qui étaient accrochées et se balançaient, bougeant comme un orchestre aqueux, et ses ailes étaient en mesure avec les  ondulations de la lumière.

Sa crête iroquoise semblait celle d’un oiseau exotique – magnifique sur sa tête parfaitement formée. Ses yeux parlaient à la visiteuse par télépathie ; celle-ci en fut désorientée. La visiteuse ne pouvait que ressentir une immense tristesse émanant des yeux de la femme tribale. Les deux femmes se tenaient debout en face l’une de l’autre.

Tout à coup, la femme de l’image ouvrit sa bouche et l’observatrice ne bougea pas un muscle. La femme à la crête iroquoise mit sa lance entre elles deux. C’était presque symbolique. Elle lâcha la lance. L’observatrice regarda cette arme archaïque tomber dans le néant. Sur quoi se tenait-elle donc ? La pièce était toujours pareille, il y avait des murs tout autour d’elle – du moins son esprit le crut – mais il n’y avait plus de sol sous leurs pieds tout autant qu’elle put s’en rendre compte et l’abîme blanc continua de s’ouvrir, sans fond et à jamais. Aussitôt que la lance eut disparu sous ses pieds, l’observatrice leva les yeux : la femme tribale à la crête iroquoise avait elle aussi disparu. Elle tourna sa tête ; il n’y avait plus rien que les images dans la pièce blanche et la porte à l’encadrement noir.


Elle regarda l’image à nouveau et à son grand étonnement, la créature splendide qu’elle venait juste de voir n’était plus là non plus. Est-ce qu’elle était en train d’imaginer cette expérience ? C’était comme si elle avait une pierre lourde dans sa poitrine et son cœur battait à toute vitesse. Elle se mit à pleurer. Quelque chose était en train de lui arriver.

Elle tomba à genoux; il n’y avait toujours pas de sol sous ses pieds. Elle regarda l’immensité en-dessous d’elle tout en se demandant si elle flottait dans l’espace ; elle voulait savoir ce qu’il y avait là tout en bas. Elle contempla la pièce autour d’elle pour découvrir que les fils et toutes les images semblaient s’être rétrécis. La porte à l’encadrement noir se fermait d’elle-même.

Une ombre gigantesque jeta une forme autour d’elle et tout devint grisâtre. Les lumières s’éteignirent.

Elle commença à ressentir un froid comme si le soleil avait disparu derrière un nuage.

Elle perdit peu à peu son équilibre dans sa position de prière et tandis qu’elle tombait en avant, elle tendit ses bras pour amortir la chute, mais ses bras ne firent pas mieux que l’entraîner à travers le plancher sans fond. Ne sachant pas ce qui allait lui arriver, elle ferma les yeux et se laissa tomber.

Dans sa tête, elle pouvait entendre une femme chanter.

« Les étoiles du Ciel tombent à travers les arcs-en-ciel, telles des pétales de cerises, qui tombent autour de moi,
Et les Anges qui marchent dans l’obscurité volent à jamais, un peu plus haut que d’habitude.
La pluie aussi comme l’eau ; la flamme aussi comme le feu ; mes ancêtres sont libres à nouveau. »

Soudain elle sentit quelqu’un lui tapoter l’épaule.
« Allons ! Il faut partir maintenant ! »
Elle se retourna en sursautant. « Je viens d’avoir une drôle d’expérience. J’étais portée par des anges. »
« Viens. Tu me diras tout ça en chemin vers le studio. »

Son amie plaisanta à propos d’une conversation qu’elles avaient eue auparavant, au sujet d’un vieux dicton religieux qui disait : « Les fous se précipitent là où les anges craignent de poser les pieds ». Cela leur fit lever les sourcils ; comment jadis les prêtres – le clergé, décidaient de ce que les gens, et notamment les femmes, devaient faire, dire et être, dès leur naissance.

Elle et son amie avaient fait des recherches sur l’existence des anges, des déités et des prêtresses, pour un livre qu’elles avaient intitulé ‘Les Belles Époques’ : avec les détails d’histoires vues à travers la lunette de différentes cultures préchrétiennes  – et avaient décidé de passer au musée et à la galerie du lieu pour observer quelques révélations théologiques de l’histoire et leurs artéfacts.

Quand elles arrivèrent à la galerie, elle remarqua quelque chose d’inhabituel. Cela ressemblait à une illustration médiévale sur une carte postale. On pouvait lire là une vieille langue verte naïve. On y voyait des anges en pleurs, magnifiquement dessinés à la main. Leurs têtes avaient été grossièrement rasées, leurs ailes étaient attachées et ils étaient accrochés à un fil par ce qui semblait être des épingles à linge…





Texte paru dans L'Air du Temps, recueil collectif, juin 2012
Contact : anniewallois@gmail.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire